Fleurissement : une culture bien vivace en Touraine (NR du 2 février 2018)

Classé dans : communication, fleurissement | 0

Fleurissement : une culture bien vivace en Touraine (NR du 2 février 2018)

Bien que les communes aient de moins en moins de moyens à consacrer à ce poste, l’Indre-et-Loire demeure parmi les départements les mieux fleuris de France. Présidente de la Société d’horticulture de Touraine (Shot), Maryse Friot a eu l’occasion de s’en réjouir, lundi, lors de la traditionnelle réunion technique sur l’embellissement du territoire.

Villes et Villages fleuris

Classé dans : fleurissement | 0

 

LE FLEURISSEMENT  

 « Le paysage est une structure essentielle des villes ».

(Jean-Marc Bouillon, président de la Fédération Française du Paysage).

Le fleurissement, l’embellissement des villes depuis plus de 50 ans, ont assuré les décors urbains, ont amélioré la qualité du cadre de vie. Les aménagements paysagers répondent à des problématiques économiques, climatiques, écologiques, sociaux.

Aujourd’hui, le premier souci est l’eau. Conservons l’eau de pluie grâce à des sols perméables. Les sols urbains doivent s’ouvrir pour favoriser l’infiltration des eaux.

L’herbe, le gazon reviennent avec des tontes équilibrées permettant de maintenir une biodiversité, des écosystèmes et fixer l’eau de pluie.

La végétation fait baisser les températures des ilots de chaleur urbains. Un arbre qui pompe 0,5 tonne d’eau par jour en évapore 70%, ce qui diminue les températures et réduit l’asséchement de l’air.

En fait, arrêtons de minéraliser à outrance pour des soucis d’économie d’entretien et donc de main-d’œuvre. Le zéro phyto en zone JEVI (Jardins Espaces Végétalisés Infrastructures) a bien accentué le phénomène du tout minéral. Les solutions faciles citées ci-dessus sont à court terme. Par contre à long terme, les effets sont dramatiques pour les milieux vivants où l’homme est intégré, avec des coûts de gestion, d’entretien extrêmement élevés.

Agissons en « bon père de famille ». Etablissons une gestion de nos espaces sur du long terme. La nature est un excellent remède pour favoriser l’infiltration des eaux et la diminution des températures urbaines.

La réunion technique du 29 janvier prochain, dont le thème est « le végétal, un patrimoine à transmettre », avec pour fil conducteur le maintien de ce patrimoine vert sous toutes ses formes. Les buis de bordure Buxus sempervirens sont bien menacés.

La pyrale du buis oblige à multiplier les traitements de biocontrôle à base de Bacillus thuringiensis et les maladies cryptogamiques dues à Cylindrocladium buxicola et Volutella buxi n’ont pas de traitements efficaces.

Un essai avec un parasitoïde, Trichogramma dont la femelle pond dans les œufs de pyrale n’est pas encore très probant.

Comment conserver le dessin des broderies et des massifs ?

– Les Ilex crenata sont peu intéressants car sensibles au calcaire.

Buxus microphylla Faulkner’ (origine japonaise) semble plus résistant mais le feuillage est moins fin, la pousse importante donc des tailles plus nombreuses.

Euonymus japonicus ‘microphyllus’ (fusain nain) appelé Pulchellus serait très intéressant mais en le tenant en taille très basse.

M. Friot

C Bussereau