L’éclaircissage.

Les semis sont toujours trop denses et nous devons arracher les plants en surnombre sur le rang pour avoir une récolte convenable. La distance entre chaque plant est fonction de la culture et vous trouverez ces renseignements dans les fiches de cultures. A titre d’exemple on laisse 5 à 8 cm entre chaque carotte primeur, 8 à 10 cm pour les carottes de conservation (hiver) et 20 à 25 cm entre chaque salade. Pour semer plus clair, mélanger les graines avec du sable sec, du marc de café (sec), de la sciure de bois ou de la tourbe fine.

Le désherbage.

Il est primordial car les mauvaises herbes se développent à des températures bien plus faibles que nos légumes. Si nous ne sommes pas vigilants, nos semis et plantations (hâtifs) seront vite envahis par les mauvaises herbes et les plantes cultivées totalement anéanties. Dès que les rangs de la culture sont visibles, il faut biner l’interligne et vous serez surpris de constater le nombre impressionnant de racines ou de tigelles de mauvaises herbes que vous détruisez alors qu’on ne voit rien à la surface. Recommencer l’opération 10 à 15 jours plus tard sans oublier d’intervenir manuellement sur le rang dès que la distinction entre la culture et les mauvaises herbes est possible. Le binage permet aussi de limiter l’évaporation et favorise le réchauffement du sol. Le recours aux désherbants chimiques doit être limité aux cas particuliers des plantes vivaces pour lesquelles les interventions manuelles ne permettent pas de contrôler totalement ces plantes (liseron, avoine à chapelet aussi appelée chiendent perlé ou à boules, etc.)

Attention : ne relâchez pas votre attention vis-à-vis des mauvaises herbes pendant l’été et l’automne. C’est à cette période qu’elles produisent une quantité impressionnante de graines et ensemencent votre jardin pour des années !