Bien sûr, Pierre-Fidèle Bretonneau, c’est le grand médecin de Tours, mais c’est aussi un homme d’expérience pour l’horticulture, il créa de nombreuses variétés d’arbres fruitiers.
 
Sa vie.

Il est né le 3 avril 1778 à Saint-Georges-sur-Cher. Issu de 8 générations de médecins. Le 20 janvier 1895 il commence ses études à Paris. Pendant ce temps, Madame Dupin, châtelaine du château de Chenonceau, accompagnée de sa gouvernante, Marie-Thérèse Adam, s’installe à Chenonceau. Mme Dupin a largement contribué à l’éducation et aux études de  Bretonneau.  Celle-ci meurt en 1799. Marie-Thérèse se retrouve seule. Le 18 mai 1801, Pierre-Fidèle Bretonneau épouse Marie-Thérèse Adam née en 1754 (23 ans de différence d’âge). 

De 1803 à 1807, il devient maire de Chenonceaux. De 1801 à 1815, il est officier de santé à Chenonceaux. Il s’installe avec Marie-Thérèse Adam au château des Renaudières, légué par Mme Dupin. En 1815 il passe sa thèse de médecin à Paris et devient médecin chef à l’hôpital de Tours. Marie-Thérèse Adam meurt en 1836 à l’âge de 82 ans. Pierre-Fidèle Bretonneau, prend sa retraite à 60 ans en 1838, et se remarie en 1856, à l’âge de 78 ans, avec Sophie Moreau qui avait 19 ans. Il meurt le 18 février 1862 et est enterré à Saint-Cyr-sur-Loire.
 
Pierre-Fidèle Bretonneau, horticulteur. Depuis son enfance, Pierre-Fidèle aimait la nature : culture de la vigne, la pêche, la chasse, l’élevage des abeilles et surtout l’horticulture. Dans son château des Renaudières entre 1800 et 1815, il cultive de nombreuses plantes . A partir de sa retraite, il s’installe dans sa propriété de Palluau à St Cyr / Loire. 

Extrait du cercle général d’horticulture du 6 février 1844 :

« M. Bretonneau a fondé à Palluau (à 1 km de Tours) un jardin d’expérimentation qui est, sans contredit, l’un des plus riches et des plus intéressants entre tous ceux que nous connaissons. Là se rencontre d’abord une très belle et très bonne école d’arbres fruitiers. Les espèces ou variétés les plus nouvelles, les plus rares ou les plus intéressantes en pommes, poires, vignes, pêches, arbres de plein vent, pyramides, espaliers ; modifications amenées par la greffe sur des sujets non con générés, Tout s’y trouve. A chaque pas, quelque sujet curieux à observer : là ce sont des poiriers pour ainsi dire microscopiques, ayant seulement quelques  centimètres de hauteur et portant des fruits très gros et admirablement développés. Mais messieurs, ce que présente de plus extraordinaire en arbres fruitiers le jardin de Palluau, c’est cette admirable collection de cerisiers ! Elle ne réunit pas moins de 70 variétés de choix qui donnent successivement leurs fruits depuis la mi-mai jusqu’en novembre. Dans cette collection, nous remarquons tout particulièrement une cerise nouvelle, incontestablement très méritante, obtenue par M. Bretonneau lui-même, et qui a reçu du premier magistrat du département, le nom de ‘Duchesse de Palluau’. Tous ces arbres composant le verger, sont placés en plates-bandes, lesquelles sont  bordées des plus luxuriantes cultures de fraisiers qu’il soit possible de voir. Vingt-cinq à trente variétés des plus nouvelles et des meilleures forment la collection de fraises de M. Bretonneau, et leur végétation est tellement vigoureuse, leurs produits sont  tellement abondants, que la récolte qui s’y fait serait suffisante pour le département tout entier. Les surplus sont donnés à son jardinier.

Le jardin de Pallau renferme également des plantes d’ornement, des plantes  potagères, alimentaires, curieuses, rares et toujours intéressantes sous quelques  rapports. Deux serres, l’une tempérée, l’autre chaude abritent les plantes exotiques qui réclament une protection contre les intempéries de notre climat. Des coffres et des châssis nombreux aident des primeurs, servent aux semis, protègent les greffes  nouvellement faites et les élèves de toutes espèces qui prennent naissance à Palluau. Il y a aussi beaucoup d’arbustes et d’arbres d’ornement. ».
 
Pierre-fidèle Bretonneau fut un génie dans l’horticulture et ses cultures à Palluau furent de véritables champs d’expérience.

Ces obtentions sont nombreuses :  

  • Pomme ‘Grain d’or’ 
  • Poire ‘Beurré Bretonneau’ 
  • Vigne ‘Muscat Bretonneau’ ‘
  • Cerise de Plandchoury’ ‘
  • Groseille de Palluau’

Beaucoup de plantes lui furent dédiées :

  • Rose Bretonneau 
  • Pivoine Dr Bretonneau 
  • Pivoine ‘Souvenir du Dr Bretonneau’
     
    Bibliographie :  – SNHF : La revue Horticole – ASS Cercle général de l’horticulture – Bretonneau par Emile Aron