C’est à partir de la fin du XVIème siècle qu’on se mit à importer en Europe des plantes exotiques à grande échelle. Les plus grandes puissances de l’époque, équipèrent des vaisseaux pour coloniser les contrées Outre-mer et en exploiter les espèces et autres richesses botaniques inconnues en Europe. De leurs lointains voyages, les grandes compagnies commerciales rapportaient graines et plantes de végétaux alimentaires ou ornementaux.  Souverains et hommes d’affaires envoyaient leurs botanistes aux quatre coins du monde. Ces jardins botaniques se remplirent alors progressivement de la luxuriance des Amériques, de l’Australie, de l’Afrique et de l’Asie. Avant cette époque, les jardins botaniques étaient surtout spécialisés dans la culture et l’étude des plantes médicinales et servaient ainsi la science médicale par l’analyse des effets de celles-ci. Les jardins botaniques faisaient souvent partie de l’Université de la ville. L’étude des plantes était alors intégrée au cursus des étudiants en médecine ou en pharmacie.

Les premiers jardins botaniques furent fondés en Italie, à Pise (1543), Padoue (1545), puis Florence (1550). Le nord de l’Europe suivit bientôt le mouvement avec le jardin de Leyde (Pays-Bas, 1587), Paris (1635), Amsterdam (1638) et Edimbourg (1670). Parallèlement à cet essor de la science, la Renaissance fut aussi l’époque d’un intérêt croissant pour la nature en général. Avec l’essor de la botanique, d’extraordinaires changements eurent lieu dans les jardins botaniques ; en latin « hortus botanicus » de « hortus », jardin et « botanicus », botanique, l’étude des plantes.  

Les principaux jardins botaniques en France  

  • Le jardin des plantes de Paris (1635) géré par le Muséum National d’Histoire Naturelle.
  • Le jardin des plantes de Montpellier (1593), le plus vieux jardin botanique de France.
  • Le jardin botanique de Lyon (Parc de la Tête d’Or) créé en 1872 par les frères Bühler.
  • Le jardin botanique du Montet à Nancy créé en 1727.
  • La station alpine du Lautaret (1899) : collection de plantes indigènes des Alpes européennes, Himalaya, Atlas et autres montagnes.
  • La Jaÿsinia (Haute Savoie) en 1838.
  • Le jardin exotique de Monaco (1933).
  • Le jardin botanique de Tours (1843) créé par le pharmacien Jean-Anthyme Margueron. Depuis 1945, le jardin a un double statut : le Service des Parcs et Jardins de la Ville de Tours assure la direction technique et le laboratoire universitaire de Botanique et de Biologie Végétale de l’U.F.R. des Sciences Pharmaceutiques coordonne la direction scientifique. Cette organisation originale a permis au jardin d’obtenir l’agrément « Jardin Botanique de France et des Pays Francophones » en 2000.  (http://www.tours.fr/services-infos-pratiques/585-jardin-botanique.htm).

Les autres jardins botaniques français : Strasbourg, Nantes, Rennes, Limoges,  Bordeaux, Toulouse, Marseille, Nice, Besançon, Dijon, Lille, Rouen, Caen, Brest…  

 

Les principaux jardins botaniques en Europe et dans le monde

  • le jardin de Meise (Belgique) créé en 1826 : jardin botanique national. Plusieurs serres chaudes datant de 1966.
  • le jardin botanique de Copenhague (Danemark) 1874 : jardin botanique de l’université.
  • le jardin botanique de Berlin (Allemagne) 1897.
  • le jardin botanique de Francfort (Allemagne) 1868 d’une superficie de 22 ha avec ses serres de palmiers.
  • le jardin botanique de Hanovre (Allemagne) 1661. Les serres furent détruites pendant la 2ème guerre mondiale, elles abritent 25 000 plantes.
  • le jardin botanique national de Glasnevin (Dublin) 1795 de 20 ha. • le jardin botanique royal d’Edimbourg (Ecosse) 1670 : jardin de bruyères.
  • le jardin botanique d’Amsterdam de l’université de Vrije avec ses nombreuses serres. • le jardin botanique de Salzbourg (Autriche).
  • le jardin botanique de Padoue, le premier jardin botanique du monde créé en 1545. Il a conservé son plan d’origine. Inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.
  • le jardin botanique de Coimbra (Portugal) : le plus grand et le plus ancien (1774).
  • le jardin botanique de Funchal (Madère) créé en 1960 sur 35 ha avec beaucoup de plantes tropicales bizarres, attribuées à Edouard André. http://shot37.fr/edouard-andre/
  • le jardin botanique de Kew Garden (Londres) 1759 avec serres victoriennes. D’une superficie de 121 ha. 30 000 espèces de végétaux, 2 000 000 d’entrées par an.
  • le jardin botanique de la ville de Genève : très grand jardin botanique avec bibliothèques, herbiers, jardin alpin.
  • le jardin botanique de l’université de Bâle (Suisse), créée en 1905.

 Les grands jardins botaniques dans le monde.

  • Asie : Singapour, Yeomiji (Corée du Sud) et jardin botanique tropical de Nong Nooch (Thaïlande).
  • Afrique du Sud : jardin botanique national de Kirstenbosch, et celui de Pretoria. • Algérie : jardin botanique de Hamma.
  • Australie : jardins botaniques royaux de Melbourne et de Sydney. • Canada : jardin botanique de Montréal créé en 1931. 75 ha. Un très grand jardin botanique à visiter où toutes les plantes des 5 continents sont représentées en serre ou en plein air.

 

 Les jardins botaniques visités par la SHOT 

1992 : Nancy

1993 : le Thabor à Rennes

1994 : Caen (+ roseraie à l’occasion des Floralies de la Paix)

1996 : Funchal (Madère)

1997 : Kew Garden (Londres)

2000 : Meise (Belgique)  

2004 : Brest – 2005 : jardin exotique de Monaco

2008 : Montet à Nancy, jardin d’altitude du Haut Chitelet (Vosges)

2009 : Kew Garden (Londres)

2013 : Coimbra (Portugal) –

2015 : Dijon

2017 : Padoue (Italie)

 

Le jardin botanique de Padoue

Ce jardin fut créé en 1545 sous l’égide d’un médecin, Francesco Bonafede, pour faire connaître les plantes aux étudiants et leur utilisation pour soigner. 1546 : ouverture du jardin aux étudiants. A cette époque Padoue était en République de Venise. Le jardin appartient à l’Université de Padoue. Il est situé idéalement en centre-ville, entre deux églises, à proximité d’un cours d’eau. 1735 : création d’un arboretum où déjà un platane (Platanus orientalis) y trône, puisque planté en 1680 et toujours au centre du jardin en 2017. 1752 : le jardin a été clôturé afin de protéger les plantes de nombreux vols. 1800 : création de bassins pour apporter l’eau dans tous les espaces du jardin. Un puits, d’une profondeur de 280 m, les alimente. 1997 : le jardin botanique est classé Patrimoine Mondial de l’UNESCO. La superficie est aujourd’hui de 4 ha. 8 jardiniers et 5 saisonniers en assurent l’entretien. On y trouve 8000 espèces dans la systématique, un parcours pour les personnes non voyantes, des espaces pour présenter des collections : lors de notre visite, les sansevierias étaient mis à l’honneur : trifasciata, dooneri, arborescens, canaliculata, subspicata, abysinum, gracilis, cylindrica…