La maladie de Lyme est une maladie chronique parfois grave pouvant toucher tous les organes mais préférentiellement les articulations et le système nerveux : nerfs, moelle et cerveau.
C’est dans la ville de Lyme aux USA , dans les années 70, qu’un nombre important d’arthrite est apparu qui a pu être rattaché aux piqûres de tique. 

Environ 6000 nouveaux cas de maladie de Lyme sont diagnostiqués chaque année en France. Cette affection, transmise par les tiques, s’attrape en flânant en forêt.
Elle est due à une bactérie, la borrelia, qui est transmise lors de la « morsure » d’une tique. Les tiques ne sont pas toutes porteuses de cette bactérie et dans leur système digestif où elle réside, elle n’est pas mobile.

Lorsque la tique s’accroche à la peau elle enfonce son rostre dans le derme et injecte une salive particulière qui contient un anesthésique local, (c’est pourquoi on ne sent rien) et un enzyme qui va digérer ce derme qu’elle peut ensuite aspirer pour se
nourrir. Ce n’est qu’après 24 à 48 heures de ce « forage » que le rostre accède aux petits vaisseaux sanguins. Le sang alors aspiré va aller dans l’intestin de la tique et stimuler la borrelia qui va devenir mobile.

Celle-ci va s’empresser de migrer dans les glandes salivaires de la tique et ainsi être transportée et injectée dans le derme par la salive de la tique.
C’est pourquoi, si la tique est détachée de la peau dans les 36 premières heures, les risques de contamination bactérienne sont très faibles, un délai de 2 à 3 jours étant nécessaire pour que la borrelia se retrouve dans la salive.

S’il y a eu contamination, une tache rouge va apparaître à l’endroit de la piqûre puis apparaîtront d’autres taches rouges cutanées qui vont se déplacer en regard du « voyage » de la borrelia dans le tissu sous-cutané, ce qu’on appelle un érythème migrant.
Puis dans les semaines ou les mois suivants va apparaître un syndrome grippal avec fièvre, maux de tête et courbatures. Puis plus tardivement cette borrelia va toucher des articulations, des muscles , le coeur, des nerfs, la moelle épinière, le cerveau donnant lieu à des maladies chroniques souvent difficiles de rattacher à une piqûre de tique qui a pu passer inaperçue ou dont on ne se souvient plus.
Il existe des tests biologiques sur des échantillons de sang, d’urine, de liquide synovial, de liquide céphalo-rachidien mais qui ne sont pas fiables à 100% car il existe beaucoup de variétés de borrelia ce qui ne permet pas toujours de faire le diagnostic.

Dr. A. Roullier