Le rayonnement solaire génère chaleur et lumière qui renforcent un sentiment général de bien-être. Mais qu’est-ce que ce rayonnement ? Ce sont des ondes électromagnétiques qui vont de l’ultraviolet à l’infrarouge toutes les deux invisibles encadrant de part et d’autre la lumière visible qui se décompose en violet indigo bleu vert jaune orange rouge les couleurs de l’arc en ciel. Une fois la couche d’ozone franchie, ce rayonnement solaire, qui atteint la terre, comprend 5% d’ultraviolet (UV A), 40% de lumière visible et 55% d’infrarouge (IR).
 
Le rayonnement IR du fait de sa grande longueur d’onde pénètre dans la peau et met en mouvement les atomes des molécules libérant ainsi de l’énergie qui se traduit par de la chaleur, d’où l’existence de lampes à IR, de matériel  médical émettant des IR pour calmer certaines douleurs …/…
 
A l’inverse les rayons UV peuvent être bénéfiques mais aussi dangereux.
 
Leur effet bénéfique est la stimulation de la production de vitamine D par la peau qui favorise l’absorption du calcium et du phosphore des aliments et évite ainsi le rachitisme chez l’enfant et diminue les risques d’ostéoporose à l’autre extrémité de la vie. Un autre effet bénéfique est bien sûr la stimulation de la photosynthèse des plantes.
 
Mais les métiers exposés au rayonnement solaire, dont les jardiniers, doivent craindre ces rayons UV et donc s’en protéger.
 
Quels sont les risques ? Il existe dans la peau des cellules qu’on appelle des mélanocytes contenant un pigment noir, la mélanine. Les populations du nord en ont peu et celles du sud, plus exposées aux UV, en ont beaucoup d’où les différentes tonalités de la couleur de la peau.

Les mélanocytes stimulés par les UV augmentent leur production de  mélanine qui peut être massive en cas d’exposition intense ou prolongée d’où l’apparition du bronzage qui est un mécanisme de défense contre les UV. Mais IR plus UV commenceront par brûler la peau si l’exposition est trop intense. C’est le coup de soleil simple rougeur ou véritable brûlure avec des phlyctènes.
 
Le véritable risque, en dehors de l’épaississement de la peau avec apparition de rides, de « taches » de mélanine sur la face, les bras et les mains appelées autrefois « fleurs de cimetière », sont les cancers cutanés et la cataracte. Autant les petits cancers de la peau sont guérissables par ablation  chirurgicale, autant les mélanomes malins, petites tumeurs noirâtres, peuvent être mortelles si elles sont décelées trop tardivement, du fait de leur  dissémination avec métastases dans tout l’organisme. Les petites excroissances cutanées surtout « foncées » doivent être montrées à son médecin sans tarder surtout si elles grossissent.
 
Au niveau de l’œil, les rayons de la lumière visible pénètrent facilement  jusqu’à la rétine ce qui permet de voir alors que moins de 1% d’UV  n’arrivent pas à la rétine. Mais en surface de l’œil, les UV peuvent être responsables d’une  conjonctivite voire d’une inflammation de la cornée très douloureuse (kératite). On peut même être victime d’une cécité transitoire lors d’une forte  réverbération, sur la neige ou l’eau par exemple, ou en regardant directement le soleil. Enfin l’exposition prolongée aux UV dans le temps expose à l’apparition de la cataracte.
 
Alors comment se protéger ?

• par des vêtements appropriés, par des chapeaux,

• ne pas travailler torse nu,

• profiter de l’ombre,

• porter des lunettes de soleil,

• appliquer de la crème écran solaire,
 
Tout cela coule de source mais encore faut-il s’y astreindre !

Docteur Alain Roullier