Sous ce terme ont été désignés des végétaux totalement différents ! et curieusement employés en homéopathie ou en médecine populaire pour soigner des troubles hépatiques et d’autres !!

Hépatique : Hepatica nobilis Schreb., ou H.triloba Chaix ou Anemone hepatica L. sous des noms vernaculaires variés : Herbe de la Trinité, Hépatique molle, Hépatique dorée, Hépatique trilobée, Trinitaire, Herbe du foie, La fille avant la mère. Plante à fleurs (Angiospermes) de la famille des Renonculacées (Fig.1).

Les noms vernaculaires peuvent être source d’erreurs, dans la flore de Rameau sont cités les Hépatiques suivantes outre celles précédemment nommées : Hépatique des marais ou Dorine à feuilles opposées = Chrysosplenium oppositifolium L.(Saxifragacées) ; Hépatique dorée ou Dorine à feuilles alternes = Chrysosplenium alternatifolium L.(Saxifragacées) ; Hépatique étoilée ou Aspérule odorante = Galium odoratum(L.) Scop.(Rubiacées) ces espèces étant toutes des plantes à fleurs. Mais Hépatique peut désigner d’autres végétaux !

Hépatique : appartient aux Bryophytes, comme les Mousses ce sont des végétaux de zones humides, de petite taille ayant pour certaines d’entre elles un aspect faisant penser à des thalles d’algues comme Marchantia polymorpha L., l’Hépatique des fontaines (Fig.2).

 

Hépatique désignant ce qui se rapporte au foie, pourquoi ces termes, traitement des maladies hépatiques ? D’après Baillon (1884) d’anciens usages en médecine auraient donné ce nom. Ceci correspond à la théorie des signatures très en vogue au XVI ème siècle triloba feuilles à trois lobes ferait penser aux lobes du foie et traiterait les désordres hépatiques.

L’anémone hépatique est une plante toxique comme de nombreuses Renonculacées, elle est cependant employée dans certaines contrées contre la toux ! (Botanica).

Actuellement Hepatica triloba est employée en homéopathie humaine sous forme de teinture mère ou de dilutions.

Marchantia polymorpha était utilisée pour le traitement des troubles hépatiques et spléniques en médecine vétérinaire (Floriane Combre, 2010).

Description d’Anemone hepatica (d’après Flore de Coste t.I, p.41)

Appareil végétatif : souche courte, fibreuse, feuilles coriaces, persistantes en cœur à la base, à 3 lobes entiers, égaux, divergents, souvent rougeâtre en dessous (rappelant la couleur du foie !).

Appareil reproducteur : hampe de 10 à 20 cm, nue, velue, égalant les feuilles. Fleurs bleues, roses ou blanches, solitaires. Involucre à 3 folioles ovales, entières, sessiles, rapprochées de la fleur et simulant un calice ; sépales 6-9 glabres ; carpelles tomenteux à bec court, glabre. Fleurs hermaphrodites pollinisées par les insectes, le fruit est une capsule.

L’habitat de cette espèce est essentiellement montagnard, signalé dans l’herbier Tourlet dans les Pyrénées, les Vosges…

Espèce cultivée en bordure dans les parterres, sa floraison de février-mars à mai et ses belles couleurs de bleu à violet en font une plante de printemps intéressante « Annonçant le retour des beaux jours, l’hépatique est une vivace avec ses fleurettes étoilées d’un bleu inimitable et son curieux feuillage trilobé. Sous des airs délicats se cache une plante rustique dont la seule exigence est une place à mi-ombre ! » https://jardinage.ooreka.fr/plante/voir/553/hepatique

De nombreuses variétés horticoles existent dont var. japonica qui a fait récemment l’objet de travaux de génétique afin de comprendre pourquoi cette variété peut faire apparaître des fleurs de diverses couleurs blanc, rose et violet (Kameoka S. et col., 2017).

Lors d’un prochain bulletin, nous détaillerons la biologie des Hépatiques de l’embranchement des Bryophytes, en particulier de Marchantia polymorpha L.

L’idée de réfléchir à partir d’un terme permet de démontrer l’importance de la nomenclature de Linné désignant les végétaux en latin avec genre-espèce et nom du botaniste qui a nommé l’espèce.

Références :

Baillon H., Traité de Botanique médicale, Librairie Hachette, Paris, 1884.

Combre Floriane, thèse de docteur vétérinaire, Université de Lyon, 2010, 155pp.

Coste H., Flore descriptive et illustrée de la France de la Corse et des contrées limitrophes, A.Blanchard éd., Paris, 1998.

Rameau J.C., Mansion D. et Dumé G., Flore forestière française, Plaines et collines p.1179 (image p.1178), Institut pour le développement forestier, 1999.

Kameoka S. et col., J.Plant Res., 2017 mars, 130 (2), 263-271 Structure génétique de Hepatica nobilis var. japonica, en se concentrant sur le polymorphisme de la couleur des fleurs de la population.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_signatures

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marchantiophyta

https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/82620

http://herbiertourlet.univ-tours.fr/notice.asp?numnotice=HG00178