Société d'Horticulture de Touraine

La cloque du pêcher est revenue.

J’ai découvert au travers de lectures dans des revues de jardinage qu’il existait une méthode « BIO » pour lutter contre la cloque du pêcher.

Toujours prêt à essayer de nouvelles solutions j’ai planté des aulx aux pieds de mes arbres.

Oh ! Quelle agréable surprise, en 2009 première année d’essai, pas ou peu de cloque, aucun traitements chimiques bien sûr, sauf quelques pulvérisations de purin d’orties en cours d’année avant la cueillette des fruits.

Mes 5 arbres étaient rempli de fruits après la nouaison, je n’ai pas suffisamment éclairci, le calibre s’en est ressenti.

Fort de ce résultat j’ai voulu reconduire cet essai en 2010.

Les seules différences, j’ai planté plutôt mes aulx en décembre et en plus grande quantité.

Catastrophe au printemps 2010, après un débourrement des premières feuilles la cloque est apparue, en veux tu en voilà, comme jamais je n’avais été infesté !!!

Il est vrai que sur les cinq arbres de variétés différentes la pêche plate SATURNE est très sensible, voir bien plus que les autres variétés plus rustiques.

J’ai eu une floraison abondante comme à l’habitude, une mauvaise pollinisation qui a trainé sur plusieurs semaines par le temps froid de ce printemps qui n’en finissait pas, seuls les gros bourdons et quelques abeilles solitaires étaient présents à la floraison.

Traiter la cloque du pêcher

Vu les dégâts que vous pouvez voir sur les images j’ai fait un traitement en 2010 après la floraison avec de l’oxychlorure de cuivre dans l’espoir de ne pas perdre mes arbres et éventuellement avoir quelques fruits, peine presque perdue il faut un traitement préventif et non curatif.

Ayez toujours à l’esprit que les feuilles boursouflées ne jouent pas leur rôle de transformation de la sève primaire en sève élaborée nécessaire à la production de fruits et de réserve pour l’année suivante.

De plus les fruits se momifient sur les branches, un vrai nid de spores qui à maturité ne manqueront pas de contaminer l’arbre et surtout les fruits, voir se cacher dans les anfractuosités des écorces pour réapparaitre au printemps suivant.

Je refais tous les ans le même essai et depuis cinq ans j’arrive toujours à la même conclusion, les aulx plantés en dessous des arbres n’ont pas le rôle que j’en attends à savoir que la présence de l’ail n’a aucun effet

Mais je ne resterai pas sur cet échec, je viens d’apprendre qu’il faut faire une décoction avec de l’ail à diluer et à pulvériser sur le feuillage.

Je n’ai pour le moment aucune précision quant aux proportions eau/aulx ni la fréquence et à quelle période intervenir.

Une recherche s’impose pour une expérimentation sur plusieurs années

Affaire à suivre, les bonnes idées sont recevables pour essais.

Jean Chabault

Fermer le menu
×
×

Panier